Conditions de travail des surveillants du centre pénitentiaire de Fresnes

Christian Cambon a interpellé la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, concernant les conditions de travail des surveillants de prison du centre pénitentiaire de Fresnes.

Il a rappelé qu’au mois de juin dernier, les agents pénitenciers s’étaient rassemblés devant l’établissement pour dénoncer la violence grandissante des détenus à leur égard. La surpopulation carcérale chronique et leurs sous-effectifs deviennent compliqués à gérer. Ils évoquaient déjà en avril 2012 ces difficultés liées au manque de moyens.

Aussi, le 22 mai dernier, une centaine d’agents a manifesté contre la remise en cause de leurs pratiques professionnelles. Le tribunal administratif de Melun venait de suspendre la fouille corporelle intégrale pour les détenus s’étant rendu au parloir rencontrer des visiteurs. Instituée par le directeur de la prison de Fresnes depuis décembre 2012, cette pratique définie comme ingrate pour les surveillants était pourtant nécessaire pour des raisons de sécurité.
Pour le juge, cette application systématique constitue une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale de ces détenus.
Le sénateur lui a donc demandé de quelle manière elle entendait répondre à ces préoccupations.

La Garde des Sceaux a répondu par l’intermédiaire de Cécile Duflot, Ministre de l’égalité des territoires et du logement, que des mesures ont déjà été pris avec une augmentation de 20% de crédit de rénovation cette année pour améliorer conditions de travail des personnels et conditions de détention des personnes détenues.

Une amélioration de la sécurité des personnels dans les établissements avec la mise en œuvre d’un plan exceptionnel portant sur 33 millions d’euros qui permettra de mieux équiper les établissements avec la mise en place de dispositifs anti-projections dans 35 établissements et de commandes de portiques à ondes millimétriques dans 20 établissements accueillant les détenus au profil les plus sensibles et de 282 nouveaux portiques à masse métallique dans toutes les zones sensibles des établissements.

Au-delà de l’aspect matériel, le Ministère de la justice travail aussi à une amélioration des pratiques avec une circulaire à venir sur la prise en charge des détenus particulièrement signalés et des partenariats avec les autorités judiciaires et les forces de sécurité.

La situation de Fresnes est examinée avec la plus grande attention en ce qui concerne les effectifs. Aujourd’hui, près de 97% des postes sont pourvus, une trentaine de surveillants stagiaires rejoindront cet établissement dès le 30 septembre, 5 postes de surveillants sont en outre offerts à la prochaine commission administrative paritaire de mobilité qui aura lieu fin novembre.

> Lire le compte rendu intégral de la question orale et de sa réponse

Vu dans la presse :

> Première Heure – 08/10/2013

> Le Parisien – 05/10/2013

> 94.citoyens.com – 02/10/2013