Manipulation de la carte cantonale

C’est avec stupéfaction que le bureau politique UMP du Val-de-Marne, élargi à l’ensemble des conseillers généraux, a pris connaissance du redécoupage de la carte électorale préparé par le ministère de l’Intérieur en vue du scrutin des Cantonales de 2015.

Aussi, à la suite de la modification du mode de scrutin dans la loi du 17 mai 2013 afin d’instaurer la parité dans les conseils généraux, chaque canton devra élire non pas un conseiller général mais un binôme homme-femme. Par conséquent, pour ne pas doubler le nombre d’élus, le Gouvernement a décidé de diviser par deux le nombre de cantons et donc redessiner la carte.

Or ce redécoupage dans le Val-de-Marne est une véritable invraisemblance économique, scolaire et sociale. L’unique but de celui-ci est d’interdire à la droite la reconquête du Département. Alors même que 50 % des villes lui sont acquises, ses conseillers généraux s’en retrouvent réduis au tiers.

Ainsi, pour un même nombre d’habitants, la droite obtient quatre conseillers généraux alors que la gauche en obtient six.

Pour deux cantons créés à Saint-Maur (127 000 hab.), la gauche en crée trois : Vitry 1 & Vitry 2 et Kremlin-Bicêtre (128 000 hab.). Et pour ce faire, elle n’a pas hésité à écarteler rue par rue des quartiers entiers de Saint-Maur, Vincennes, Champigny et Villeneuve-Saint-Georges.

De plus, la continuité territoriale du département n’est pas respectée. L’exemple du futur canton de Boissy-Saint-Léger illustre parfaitement ces distorsions géographiques. En effet, aucun accès routier ne permet de relier le sud du nord du canton, séparés par la forêt domaniale de Notre-Dame.

Les Conseillers généraux s’exprimeront publiquement lors de la séance du 20 janvier. Toutes les voies de droit seront utilisées pour dénoncer la censure de l’UMP.