Garantir la tranquillité des riverains du bois de Vincennes

Christian Cambon attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur les nuisances sonores du « Weather Festival ».

Autorisé par la ville de Paris, cet événement s’est installé sur 100 000 mètres carrés du cadre champêtre du bois de Vincennes. Ce rendez-vous de musique électronique s’étend du 4 au 7 juin 2015, de 16 heures à 8 heures du matin, et attend 50 000 personnes. La mairie du douzième arrondissement soutient cette initiative qui apporte « un peu de fun et de dynamisme à son quartier » selon la maire.

Elle semble oublier que le bois de Vincennes est un espace vert bordé par des communes qui subissent de plein fouet ces décibels intensifs. La « techno » bat son plein durant trois nuits entières pour les festivaliers mais également pour les riverains du bois. Cette situation est insupportable pour la tranquillité des banlieusards qui ont droit aussi au repos, comme les Parisiens. Ce genre de manifestation qui propage sa sonorité « techno » à des kilomètres à la ronde, la nuit pendant tout un week-end, est intolérable.

Pourtant la capitale a soumis, le 16 mars 2015, au conseil de Paris, un plan anti-bruit 2015-2020. Elle aurait, par exemple, mis en place des mesures avec un bureau d’action contre les nuisances sonores de la préfecture, pour lutter contre la diffusion de musiques trop fortes par les bars.

Les maires des communes riveraines du bois de Vincennes (Saint-Mandé, Saint-Maurice, Vincennes, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont, Charenton-le-Pont) et les villes proches (Saint-Maur, Maisons-Alfort) se mobilisent pour empêcher cette nouvelle atteinte à l’intégrité du bois de Vincennes et protéger la vocation d’espace vert naturel essentiel aux populations de la région d’Île-de-France.

Après la foire du Trône, installée sur douze hectares, les installations militaires, le centre de rétention des étrangers en situation irrégulière, le projet d’installation d’une aire des gens du voyage, le bois de Vincennes perd, peu à peu, sa vocation d’espace de nature, de promenade, d’activités sportives de plein air.

Il lui demande quelles mesures elle souhaite mettre en place pour garantir la tranquillité des riverains du bois de Vincennes.

> Question écrite n° 16773 publiée au JO du Sénat

En attente de réponse du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie