Pénurie de médecins généralistes

Christian Cambon a attiré l’attention de la ministre des affaires sociales et de la santé sur le manque de médecins généralistes. Leur nombre a diminué de 8,4 % entre 2007 et 2016 selon le conseil national de l’ordre des médecins (CNOM). Actuellement, près de 2,5 millions de Français vivent dans un désert médical.

Contrairement aux idées reçues, la pénurie de généralistes n’affecte pas seulement les territoires ruraux. En effet, l’Île-de-France est l’une des régions françaises les plus touchées. À titre d’exemple, dans le département du Val-de-Marne, la densité de médecins généralistes rapportée à la population a chuté de plus de 20 % en moins de dix ans.

Le manque de praticiens n’est pas un phénomène sporadique. Bien au contraire, il devrait se poursuivre jusqu’en 2025. L’incapacité de remplacer des médecins partis à la retraite est un problème récurrent. De plus, les généralistes en activité connaissent des journées à rallonge ; par conséquent, ils refusent d’accueillir de nouveaux patients.

Au regard de cette situation paralysante, il lui a demandé quelles mesures elle souhaite prendre afin de remédier à la pénurie des médecins généralistes.

> Question écrite n°22424 publiée dans le JO du Sénat

En attente de réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé