Brexit : Audition de l'ancien ministre anglais du commerce et de l'ancien ambassadeur britannique

par christian-cambon

Christian Cambon, vice-président de la commission des Affaires étrangères de la Défense et des Forces armées et membre du groupe de suivi retrait du Royaume-Uni et refondation de l’UE  du Sénat, a participé à l’audition de Lord Stephen Keith Green, ancien ministre d’État britannique du commerce et de l’investissement, et Lord Michael Hastings Jay, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en France.

Pour le Sénateur, l’une des explications du Brexit est le sentiment que les flux migratoires sont mal maîtrisés par les règles européennes. À l’approche des élections présidentielles françaises, certains candidats demandent la renégociation du traité du Touquet. Il a souhaité connaitre leurs positions. Il les a également interrogé sur l’avenir des travailleurs étrangers implantés en Angleterre afin de connaitre les véritables intentions du Gouvernement anglais face au projet de demander aux entreprises de publier la liste des travailleurs étrangers qu’elles emploient.

Lord Michael Hastings Jay a répondu que le Gouvernement a changé d’avis. La présence de travailleurs étrangers est fondamentale pour la culture, l’économie, la société et qu’ils devaient pouvoir rester en Angleterre. Il a précisé que les accords du Touquet relèvent de discussions bilatérales et ne sont donc pas un sujet européen. Leur signature a représenté un progrès. Les deux gouvernements doivent s’entendre pour les faire perdurer. Tant que la frontière externe de l’Union européenne ne sera pas étanche, le problème continuera à se poser.

Lord Stephen Keith Green a indiqué que 2,9 millions de citoyens de l’Union européenne vivent en Grande-Bretagne, et 2 millions de Britanniques sont installés en Europe. Le Gouvernement cherche à résoudre les problèmes que le Brexit poserait d’une question administrative.