Privatisation des radars embarqués

Alors que les contrôles de vitesse sur les routes sont effectués par des policiers ou gendarmes, le Gouvernement veut confier, à compter de septembre 2017, la gestion des radars embarqués à des sociétés privées. Des appels d’offres, pour choisir les sociétés prestataires, auraient déjà été lancés. Cette mesure est une opération financière qui dressera 38,5 millions de procès-verbaux à l’encontre d’usagers de la route. Or, 78 % des automobilistes s’opposent à la privatisation de ces radars et souhaitent que cette mission soit encadrées par des représentants du service public.

Pour Christian Cambon, remplacer des gendarmes ou des policiers par des chauffeurs employés par des sociétés privées pour verbaliser des automobilistes n’est pas acceptable. Le sénateur a demandé au ministre de l’Intérieur de bien vouloir préserver cette mission qui doit rester du domaine des représentants du service public.

> Question écrite n° 25208 publié dans le JO du Sénat

En attente de réponse du Ministère de l’intérieur