Recrudescence des attaques visant les sapeurs-pompiers en intervention

pompiersSelon les chiffres du ministère de l’intérieur il y a eu, pour l’année 2017, 2 813 agressions de sapeurs pompiers déclarées, soit 23 % de plus qu’en 2016. Depuis le 1er janvier 2019, les statistiques de la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) recensent 1 274 agressions physiques ou verbales (soit 5 agressions par jour), et 312 personnels agressés. Alors que les sapeurs pompiers inspirent un taux de confiance de 99 % aux Français, la hausse de ces agressions est incompréhensible et intolérable.

Récemment dans le Val-de-Marne, huit pompiers ont été visés par des tirs de mortiers et des jets de pierres lors d’une intervention pour des feux de poubelles. Une quinzaine d’individus a pris pour cible les soldats du feu et les policiers venus en renfort, avec ces armes dangereuses et difficilement repérables. Pourtant, les sapeurs pompiers blessés dans le cadre de leurs activités et des attaques qu’ils subissent ne sont pas comptabilisés dans la rubrique des victimes du rapport statistique annuel des services d’incendie et de secours.

Le ministère de l’intérieur a annoncé au mois de juillet 2019 un plan issu de concertations avec les préfectures et les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS), qui comprend l’expérimentation de caméras piétons pour les sapeurs-pompiers, lors de leurs interventions.

Christian Cambon a demandé au ministre de l’intérieur comment ce plan d’actions et de mesures doit permettre de garantir la sécurité de celles et ceux qui conjuguent courage et dévouement au quotidien.

> Question écrite n° 12904 publiée dans le JO Sénat

En attente de réponse du Ministère de l’intérieur