Protection du bois de Vincennes en espace naturel

La Ville de Paris vient de valider lors de son conseil du 8 juillet dernier l’aménagement d’une aire d’accueil des gens du voyage de 28 emplacements dans le bois de Vincennes pour la fin du troisième trimestre 2014.

Cette décision ne prend pas en compte la charte pour la protection et l’aménagement durable du bois de Vincennes et la décision unanime, défavorable, de la Commission supérieure des sites, perspectives et paysages.

Les maires des communes riveraines du bois de Vincennes (Saint-Mandé, Saint-Maurice, Vincennes, Nogent, Joinville, Charenton) et les villes proches (Saint-Maur, Maisons-Alfort) se mobilisent pour empêcher cette nouvelle atteinte à l’intégrité du bois de Vincennes et protéger la vocation d’espace vert naturel essentiel aux populations de notre région.

Après la foire du trône installée sur douze hectares, les installations militaires, le centre de rétention des étrangers en situation irrégulière, le bois de Vincennes perd peu à peu sa vocation d’espace de nature, de promenade, d’activités sportives de plein air.

Eu égard au fait que cette décision de la ville de Paris est en contradiction avec la décision de la Commission supérieure des sites, perspectives et paysages, Christian Cambon demande au ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie si il compte re-convoquer cette institution nationale afin qu’elle puisse se prononcer sur ce projet d’installation de l’aire d’accueil des gens du voyage dans le bois de Vincennes.

Question orale sans débat n° 0509S publiée dans le JO Sénat du 27/06/2013 – page 1899

En attente de réponse du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Vu dans la presse :

> Première Heure – 12/07/2013

> Le Parisien édition Val-de-Marne – 11/07/2013