La place des femmes dans l’armée française

La commission des Affaires étrangères de la Défense et des forces armées a auditionné Michel Pinault, Conseiller d’État et président du Haut comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM).

Créé par la loi de 2006 sur le statut général des militaires, le Haut comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM) établit chaque année un rapport public dans lequel il formule des avis et peut émettre des recommandations. Pour 2013, le thème retenu concerne les femmes dans les forces armées françaises.

Ce rapport est organisé en deux parties :

– le premier : les femmes ont toute leur place dans les armées ;

– et le second selon lequel l’accès à un emploi doit être le même pour les femmes comme pour les hommes. Il doit être fondé sur les compétences et la capacité, physique, psychologique et intellectuelle, d’exercer le métier militaire et non sur une considération de sexe. Compte tenu de la spécificité du métier militaire, la parité, au sens strict, ne peut pas constituer un objectif applicable dans l’institution militaire.

 Christian Cambon, Vice-président de la commission, a souhaité attention l’attention du président du HCECM sur l’offre modeste que propose l’armée sur le plan social et familial. « J’ai 150 familles de la Garde républicaine logées dans ma circonscription et pour lesquelles il n’y a pas de crèche. Il faudrait d’ailleurs une crèche avec des horaires adaptés comme dans les hôpitaux. Nous avons proposé un local mais nous n’avons pas obtenu de réponse de la part de l’armée. Les familles se retournent vers les maires, et je pense que le Haut comité pourrait faire des recommandations assez simples en la matière. Les locaux ne manquent pas dans les armées pour faire des crèches et il peut y avoir des conventions avec les collectivités pour obtenir des aides de la CAF. Nous n’arrivons pas à franchir le plafond de verre. Je rencontre ce problème pour les familles de la Garde républicaine de ma Ville.» a expliqué le Sénateur.

 

Michel Pinault, Conseiller d’État et président du Haut comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM) a répondu qu’il avait été annoncé une crèche par base de défense mais qu’ils n’en étaient pas encore là. « Cela fait partie de la prise en charge des familles et nous étudierons cela dans notre 8ème rapport. » a-t-il précisé.