Grande cause nationale contre le diabète

Christian Cambon a interpellé la Ministre de la Santé sur le fléau du diabète.

par Groupeumpsenat

Il a expliqué que le diabète, maladie chronique, concerne environ trois millions de personnes en France, soit 5 % de la population. Les conséquences sont graves, tant sur le plan économique qu’humain. La France est touchée par la croissance du diabète de type 2 (DT2), appelé diabète gras. Cette épidémie coïncide avec l’augmentation inquiétante du surpoids. L’obésité touche, en 2012, 15 % de la population adulte, soit un peu plus de 6,9 millions d’obèses, 3,3 millions de plus qu’en 1997. L’âge élevé, la sédentarité et le surpoids sont les principaux facteurs de risque du DT2 qui représente 90 % des diabètes. Cécité, infarctus, les complications sont nombreuses, pour une maladie qui évolue longtemps silencieusement.

Le traitement d’un patient diabétique coûte à l’assurance maladie de 600 euros aux premiers symptômes à 42 000 euros lorsque la maladie se complique. Deux diabétiques sur trois sont en affection longue durée pour un coût de près de neuf milliards.

Christian Cambon a souhaité rappeler que les associations, avec la campagne «Tous contre le diabète», avaient demandé que le diabète devienne une grande cause nationale. Le Gouvernement ne l’a pas voulu. Le collectif, en réaction, a décidé de ne pas organiser la journée diabète qui en 2013 avait permis à 1,5 million de personnes de consulter. Il a ainsi demandé à la Ministre si l’année 2015 pourrait être la grande cause nationale contre le diabète.

Laurence Rossignol, secrétaire d’État auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, a répondu que la Ministre de la santé a mis la lutte contre le diabète au cœur de sa stratégie nationale de santé. Elle a précisé qu’avec la stratégie nationale de santé le Gouvernement apporte des réponses concrètes pour lutter contre la véritable épidémie que représente le diabète.

Christian Cambon a reconnu l’effort réalisé tout en réitérant son regret que le diabète n’ait pas été érigé en grande cause nationale. Cette maladie, souvent cachée, est diagnostiquée tard, ce qui provoque de nombreuses complications. Il espère qu’au nom de tous les malades et de toutes celles et tous ceux qui se battent, cette lutte puisse être instituée en grande cause nationale dans les années qui viennent.

> Lire le compte rendu intégral de la question orale

Lu dans la presse :

> 94 citoyensChristian Cambon veut faire du diabète une grande cause nationale – 05/05/2014