Réponse de la Ministre face à l'isolement des personnes âgées

La population française a gagné en longévité (85 ans pour les femmes, 80 pour les hommes) mais la quantité de vie gagnée n’est pas toujours associée à la qualité. La société ne s’est pas organisée pour le « mieux être » des plus âgés.

Les changements sociaux liés à l’habitat urbain, à l’éclatement des familles, à la disparition des petits commerces, à une baisse relative des pratiques associatives, favorisent la solitude des personnes âgées. Prés de 24 % des plus de 75 ans sont touchés par l’isolement contre 16 % en 2010. La solitude en France s’aggrave. Elle est considérée comme un facteur de risque de maladie d’Alzheimer et de dépendance. L’isolement peut avoir des conséquences graves en termes de santé publique.

Pour lutter contre ce mal, l’association des petits frères des pauvres a publié un rapport proposant la création d’équipes citoyennes de mobilisation nationale contre l’isolement social des âgés (MONALISA). Les associations de jeunesse et d’éducation populaire ou l’agence nationale du service civique seraient également parties prenantes. Christian Cambon a ainsi demandé à la ministre chargée des personnes âgées et de l’autonomie, quels moyens elle souhaite mettre en place pour favoriser ces initiatives et soutenir ces réseaux associatifs pour relever efficacement ce défi social.

La  secrétaire d’État chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie lui a répondu qu’une attention toute particulière a été portée par le Gouvernement à l’isolement des personnes âgées. En effet près d’un quart des personnes en situation d’isolement relationnel est composé de personnes âgées de plus de 75 ans, soit environ 1,2 million de personnes (fondation de France, 2013). La part des âgés isolés augmente fortement. Lutter contre l’isolement social suppose d’encourager la participation des citoyens et des acteurs locaux volontaires pour développer la création de lien social avec les personnes fragilisées.

C’est pourquoi avec le soutien des associations, le Gouvernement a procédé au lancement du plan national MONALISA (mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées). Le 27 janvier dernier la charte nationale MONALISA a été signée entre la ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie et les grands réseaux et organismes nationaux associés à cette action. Ce plan a été lancé dans huit « départements témoins ». L’objectif est de susciter progressivement dans l’ensemble du territoire des « équipes citoyennes » qui détermineront elles-mêmes un programme d’accompagnement des personnes âgées avec l’appui de référents nationaux et dans le cadre des principes éthiques retenus dans la charte nationale. MONALISA est une démarche d’innovation sociale favorisant la complémentarité entre l’action des professionnels engagés sur le champ de l’âge et celle des bénévoles.

Des moyens spécifiques ont été mobilisés pour assurer une structuration nationale des initiatives ainsi que le lancement d’actions de communication et de formation. La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie s’est engagée à apporter son soutien financier à hauteur de 784 000 euros dans le cadre d’un contrat pluriannuel de trois ans. L’agence du service civique s’impliquera également dans une perspective de renouvellement du bénévolat et de promotion des liens intergénérationnels. Le rapport annexé au projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement, adopté en première lecture à l’Assemblée nationale le 17 septembre 2014, conforte la volonté du Gouvernement d’accompagner le déploiement de cette mobilisation nationale qui sera fortement soutenu et qui s’inscrira dans les grands chantiers suivis par le nouveau Haut conseil de la famille et des âges de la vie.

> Question écrite n° 07539 publiée au JO du Sénat