Situation en Syrie

L’intervention russe en Syrie à compter d’octobre 2015 a permis d’inverser le rapport de force sur le terrain et de sauver le régime syrien d’une défaite imminente. Après 2016, qui a vu la reconquête par Damas, appuyé par ses alliés russe et iranien, de la « Syrie utile », l’année 2017 a été marquée par un recul significatif de Daech (reprise de Raqqa en octobre par les forces démocratiques syriennes avec l’appui de la coalition internationale, reprise de Der Eizzor et Mayadin par les forces pro-régime) et par une baisse relative de l’intensité des combats (mise en place de « zones de désescalade » sur la base d’un accord conclu en mai 2017 à Astana entre Moscou, Téhéran et Ankara).

Cependant, on est encore bien loin d’une sortie de crise et la guerre n’est pas terminée. L’audition de Jérôme Bonnafont, directeur d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient au ministère de l’Europe et des affaires étrangères, devant la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, a permis de rappelé que la priorité reste aujourd’hui la lutte contre Daech, contre le terrorisme et la situation humanitaire en Syrie, en raison des bombardements et de l’utilisation d’armes chimiques. La France multiplie les contacts avec ses homologues américains, russes, européens et arabes, afin de faire avancer cette solution politique qui est la seule possible.

> Compte rendu intégral de l’audition