Avenir du transport de fret entre le marché de Rungis et Perpignan

L’approvisionnement du plus grand marché de produits agro-alimentaires frais au monde s’effectue depuis plus de 40 ans par le fret ferroviaire qui achemine tous les jours 1 400 tonnes de fruits et légumes. La vétusté des 82 wagons réfrigérés menace l’avenir de la ligne de fret au profit de livraisons par camions soit 25 000 poids lourds supplémentaires sur les routes par an. En effet il serait trop coûteux de louer de nouveaux wagons pour les transporteurs qui exploitent la ligne, et aucune solution n’a été trouvée alors que le contrat actuel expire à la fin du mois de juin 2019.

Le remplacement du fret par le transport routier aurait de graves conséquences, tout d’abord une multiplication des risques sur la route (sur l’A86 déjà surchargée), mais également une augmentation des nuisances sonores liées au trafic routier alors qu’un poids lourd passe déjà toutes les six secondes à hauteur de Rungis.

Cet abandon du fret menace les emplois d’une dizaine de personnes de la plate-forme logistique Saint Charles International de Perpignan et laisserait à l’abandon la gare de Rungis modernisée en 2010 pour 21 millions d’euros.

Face à l’urgence de la situation, Christian Cambon a demandé à la ministre chargée des transports quels moyens le Gouvernement envisage de mettre en œuvre pour garantir une solution de transport écologique et économiquement viable.

> Question écrite n° 10437 publiée dans le JO Sénat du 16/05/2019

En attente de réponse du Ministère auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports