Contrôles de qualité des gels et solutions hydroalcooliques

Depuis le début de la crise épidémique liée au virus Covid-19, pour de nombreux citoyens, se laver les mains est devenu un rituel nécessaire. Outre l’eau et le savon, le gel hydroalcoolique constitue une solution alternative qui a été popularisé par les recommandations des autorités sanitaires. Que cela soit en pharmacie, en supermarché, ou sur internet, de nombreux commerces ont proposé ces produits à la vente. Toutefois cette appellation ne garantit pas l’efficacité de chaque produit vendu.

À ce titre, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) reconnaît des performances relatives entre différents produits qualifiés de « gel hydroalcoolique ».

Ainsi, certains produits cosmétiques sont vendus sous cette dénomination trompeuse pour le client puisqu’ils ne sont pas efficaces contre les bactéries, champignons ou virus et ont une action simplement nettoyante. En induisant le consommateur en erreur sur leur efficacité ces produits peuvent paradoxalement jouer un rôle actif dans la propagation du virus.

Dans le contexte sanitaire actuel et face à la généralisation de l’utilisation de ces gels ou solutions hydroalcooliques, Christian Cambon a demandé au Ministre de l’économie et des finances quelles mesures le Gouvernement comptait mettre en place afin de garantir la transparence, la bonne information et in fine la sécurité des consommateurs.

> Question écrite n°16716 publiée dans le JO du Sénat.

En attente de réponse du Ministère de l’économie et des finances