Refus du Ministre de préserver le bois de Vincennes en espace naturel

Le conseil de Paris a décidé d’implanter une aire d’accueil des gens du voyage dans le bois de Vincennes. Cette décision du Maire de Paris a été prise sans aucune concertation avec les villes riveraines. La Commission Nationale supérieure des sites perspectives et paysages du ministère de l’écologie avait rejeté à l’unanimité ce dossier en novembre 2011. La Ville de Paris prétend avoir remanié ce projet dans le bois de Vincennes. Le Sénateur a demandé au Ministre de l’écologie de lui faire part des décisions qu’il compte prendre pour protéger l’un des espaces verts les plus importants de la région Parisienne.

Le Ministre lui a répondu qu’il avait autorisé en date du 24 juin 2013, conformément aux dispositions de l’article L341 10 du code de l’environnement les travaux d’aménagement paysager et l’installation d’aire d’accueil pour les gens du voyage dans le site du bois de Vincennes.

Christian Cambon regrette le contenu de cette réponse. Elle s’en tient aux éléments juridiques et administratifs « je pensais que vous auriez pu en tant que nouveau ministre de l’écologie porter un jugement de fond sur la nécessité de préserver ces bois. Vous avez évoqué dans d’autres questions que vous étiez un ministre dont le territoire d’origine était rural. Vous ne saisissez pas tout à fait l’importance qu’il y a à réserver ces hectares de bois de Boulogne et de Vincennes à 8 millions d’habitants. Au fur et à mesure, la Ville de Paris continuera à mettre dans le bois de Vincennes ce qu’elle ne veut pas accueillir sur son territoire. Je le regrette et nous continuerons notre combat par d’autres voies. »

> Lire le compte rendu intégral de la séance

> Lire le compte rendu analytique de la séance

 Vu dans la presse

> Le Parisien – 11/09/2013

> 94.citoyens.com – 12/09/2013

> Affiches Parisiennes – 16/09/2013