Yézidis et Chrétiens persécutés par Daech

par Groupeumpsenat

Christian Cambon a interpellé Matthias Fekl, secrétaire d’État auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, sur Daech qui sème la terreur, notamment en Irak et en Syrie depuis des mois. « La France a beaucoup oeuvré pour les communautés chrétiennes, persécutées, on l’a encore vu dernièrement. Je veux attirer l’attention sur les massacres des Yézidis : plus de 5 000 femmes et enfants sont aux mains des djihadistes, en tant qu’esclaves, violées, converties de force à l’islam, exécutées si elles refusent de se marier avec les combattants de Daech. 150 femmes, dont certaines enceintes, ont connu ce sort. Beaucoup de ces femmes sont mineures. Les enfants yézidis sont utilisés comme boucliers humains et subissent sévices et torture. Plus de 500 000 Yézidis ont fui face aux attaques de Daech dans le nord de l’Irak, la plupart vers le Kurdistan. La situation humanitaire s’aggrave, l’hiver n’arrange pas les choses. Avant-hier, 21 chrétiens coptes ont encore été assassinés par Daech en Lybie. »

Le Sénateur lui a demandé si un bilan de ces atrocités était en cours, afin que les auteurs de ces crimes de guerre et de crimes contre l’humanité puissent être poursuivis devant la Cour pénale internationale. « Il est temps de combattre l’État Islamique, avec les armes mais aussi avec nos valeurs. Que peut-on faire, monsieur le ministre, sur le plan humanitaire ? »

Matthias Fekl, secrétaire d’État auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, lui a répondu que la France condamne ces nombreuse persécutions contre les chrétiens d’Orient. « Elle est aux avant-postes de la mobilisation internationale. Laurent Fabius s’est rendu à Erbil dès le 10 août dernier afin de superviser la livraison d’aide humanitaire. Le président de la République s’est aussi rendu à Bagdad et à Erbil le 12 septembre 2014. Nous sommes déterminés à lutter contre Daech sur tous les fronts, en luttant contre les filières de financement, en apportant une aide aux populations civiles – la France a débloqué 500 millions d’euros à cette fin – en soutenant la recherche d’une solution politique, en accueillant les réfugiés irakiens qui le demandent – plus de 1 000 à ce jour. »

Le secrétaire d’État a également précisé qu’une session spéciale du Conseil des droits de l’homme de l’ONU a mobilisé la communauté internationale face aux crimes contre l’humanité commis par Daech en Irak. Une mission remettra ses conclusions en mars. L’Irak devra mettre en place un système judiciaire adapté pour les juger. « Comme il n’a pas ratifié le pacte de Rome, il est difficile d’envisager un jugement devant la Cour pénale internationale, sauf pour les ressortissants de pays signataires. Nous sommes mobilisés pour lutter contre la barbarie. »

Christian Cambon a souligné qu’il y avait peut-être un déficit d’action notamment au niveau de l’Union européenne.

> Lire le compte rendu intégral du débat