Lutte contre la propagation du virus Zika

L’Amérique du sud est frappée de plein fouet par un virus découvert il y a soixante ans en Tanzanie, puis en Ouganda et dont on avait presque oublié le nom : Zika. La Colombie et le Brésil (plus précisément l’État du Pernambouc), deux grandes puissances régionales, sont actuellement fortement impactées par cette maladie assez proche du chikungunya qui se transmet par une piqûre de moustique tigre.

Suspecté d’entraîner des malformations chez les nouveau-nés (microcéphalie) et des maladies neurologiques chez l’adulte, le virus Zika se rapproche de plus en plus de la France métropolitaine. Pour preuve, l’organisation mondiale de la santé, le 28 janvier 2016, par la voix de sa directrice, s’est montrée « particulièrement inquiète » d’une possibilité de propagation internationale.

Le virus touche à présent les Antilles (dont la Martinique). La Guyane, pour le moment épargnée, qui a plus de 700 km de frontière avec son voisin brésilien, garde un souvenir traumatisant de la gestion des cas de chikungunya par les pouvoirs publics.

Christian Cambon interroge la ministre de la santé sur les mesures préventives pour lutter contre la propagation du virus Zika pour protéger les Antilles, la Guyane et la France métropolitaine afin de ne pas revivre l’épisode du chikungunya.

> Question écrite n°20152 publiée dans le JO du Sénat

En attente de réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé