Harcèlement dans le métro et le RER

Qu’il soit verbal ou physique, le harcèlement des femmes est devenu une pratique sexiste courante dans le metro et RER. En effet, d’après l’enquête de mars 2015 du haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, 100 % des Françaises ont déjà été victimes d’agresseurs profitant de la promiscuité des fortes affluences pour se frotter contre elles. Ces frotteurs risquent par ailleurs une peine de cinq ans de prison au même titre que n’importe quelle autre agression sexuelle. Pourtant, les victimes ne portent pas toujours plainte.

71 % des Franciliennes interrogées par la régie autonome des transports parisiens (RATP) redoutent d’être harcelées ; il est nécessaire que le Gouvernement lutte contre ce climat d’insécurité. En octobre 2015, une première campagne d’affichage a été lancée pour sensibiliser les usagers du métro et du RER à ces comportements.

Christian Cambon au Ministre de l’intérieur quels dispositifs il souhaitait mettre en place pour combattre davantage ce phénomène et si, par exemple, un renforcement des effectifs des agents de sécurité dans le métro et le RER est à l’ordre du jour.

> question écrite n°21963 publiée dans le JO du Sénat

En attente de réponse du Ministère de l’intérieur