Réponse du Ministre sur les fonds commun d'investissement France-Qatar

Future French Champions est un projet qui associe CDC International Capital, filiale de la Caisse des dépôts et consignations dédiée aux partenariats avec les fonds souverains, et Qatar Investment Authority. Il a été initié en juin 2013 lors d’une rencontre entre les chefs d’Etats des deux pays. Ce projet réunit deux grandes institutions autour d’une vision commune de l’investissement, de la gouvernance et du développement des entreprises.

Son objectif est de financer en fonds propres des PME et des ETI françaises présentant des perspectives de croissance, notamment internationales, afin d’accélérer leur développement et d’en faire des champions dans leur secteur d’activité. L’engagement initial des actionnaires de FFC se monte à 300 M€, une enveloppe abondée à parts égales par les deux institutions.

Toutefois, depuis sa création, il est constaté un déficit d’information quant au bilan à retenir des investissements pratiqués. Christian Cambon a demandé au Ministre des Affaires étrangères de préciser les résultats de ce partenariat depuis 2014 ainsi que les secteurs d’activité ayant principalement bénéficié de ces investissements.

Il lui a répondu que ce partenariat était totalement opérationnel depuis un an et demi. Deux investissements significatifs ont déjà été réalisés :

– dans une entreprise française emblématique du savoir-faire dans le domaine de la rénovation et de la décoration intérieure très haut de gamme qui est accompagné ainsi dans son développement au Qatar et dans les pays voisins. Cette entreprise participe à de nombreux projets de rénovation immobilière ou hôtelière de grande qualité en Europe dont certains portés par des investisseurs Qatariens ;

– dans la filière agro-alimentaire et plus particulièrement dans la nutrition et la santé animale. C’est également une filière d’excellence française dans un domaine d’une grande technicité. Cette société se développe rapidement en Asie et en Amérique Latine et a de grands projets au Moyen Orient.

> Lire le compte rendu intégral de la question écrite n°21265